Nouvel article de blog

descente du guiers

gentillesses quotidiennes

Il y a plusieurs choses qui nous étonnent encore après 3 semaines :

 

-Qu’Ulhane (notre cheval ; pour le peu d’entre vous qui n’aurait pas scrupuleusement suivi et pris note de nos péripéties depuis leur commencement) ait toujours peur des poubelles mais pas des semi-remorques ni des compressés.
-Le nombre de personnes sympathiques qui peuplent ce monde. Courte liste des petits gestes de générosité spontanés (seulement sur les trois derniers jours, sinon c’est trop long) : la dame qui nous coure après avec une bouteille d’eau fraiche, celle qui apporte des carottes aux chevaux, celle qui nous amène son pain sec, les 3 personnes qui nous ramènent des fruits ou des légumes du jardin,  le petit couple qui emmène jusqu’à la ville pour acheter du grain aux chevaux, le chauffeur de bus qui nous a donner du fromage et une cale de professionnel et faire les provisions et sans conter tous les gestes et paroles d’encouragement qui font toujours plaisir! Il y a 10 minutes par exemples : « ça fait rêver… ça m’émeut, soyez heureux » on va bien dormir !

 


Petite anecdote:

Qu’Ulane casse son palonnier (c’est la pièce de bois grâce à laquelle il tire la roulotte) c’est embêtant mais ça pouvait arriver. Qu’il le casse au moment de notre départ de chez Fabrice, un ébéniste qui nous a accueillis pour la nuit, ça c’est quand même pas mal!

 D'ailleurs l'atelier vaut le coup d’œil puisqu'il a accueilli 3 générations d'ébénistes dans cette famille. 


un petit moment de pression

Le passage des tunnels de la Balme.

Après avoir emprunté tous les chemins et routes possibles en vélo les tunnels de la Balme nous ont paru une évidence. Evidence pas si évidente! Mais avec Rémi à la circulation et les chevaux au trot durant toute la montée on s'en est bien sorti.


Écrire commentaire

Commentaires : 0