My Journey As Roulottier

My Journey as roulottier

Vie quotidienne

Levés à 5 heures ces derniers jours pour éviter la chaleur.

 

C'est le moment d'aller chercher les chevaux au parc, de les attacher à la roulotte,  de les préparer (brosses, pieds…) et enfin on les habiller de tous leur harnachement (bride, collier, guides…). Prêt pour le départ. Une dizaine de kilomètres plus tard on se choisit un coin à l’ombre pour les chevaux. Pendant ce temps un de nous deux cherche un pré et son propriétaire pour la pause du midi. Enfin on dételle tout le monde et, une fois le parc monté, on peut s’accorder une bonne pause. Après manger, reconnaissance de la seconde partie du chemin en vélo.

 

17h30 même histoire, brossage, pliage du parc, attelage, puis départ ! Encore 1 à 2 heures de route pour enfin chercher un endroit pour passer la nuit (avec de l'herbe et un accès à l'eau). Peut-être le plus difficile mais pourtant promettant de belles rencontres!

 

ça monte!

La Roche sur Foron dépassée nous entamons cette fameuse monté du col d’Evires (que j’ai longtemps confondu avec le col des Vires), pour atterrir sur le plateau des Bornes. Même la journée passée au pied de la centrale électrique nous a permis de faire une belle rencontre: celle d'un gitan qui nous a raconté avec nostalgie quelques bribes de son enfance en roulotte. D'après lui "ça manque quand même de paniers en osier et d'un bon feu avec tout le monde autour", on ne peut plus d'accord avec lui! Puis nous montons cahin caha jusqu’à la commune d’Arbusigny. Là-bas nous avons fait la découverte d’une autre Caracole (centre de voltige équestre). Nous nous sommes amusés à suivre les panneaux pour dormir à côté d'un marais avec l’aide d’une famille d’agriculteur qui nous ayant vu arrêté nous a apporté de l’eau et même quelques vivres!

 

 

 

ça descends!

Du plateau des Bornes jusqu’à Curseille nous avons rodé les feins !

 

Puis traversée du pont de la Caille pour aller passer la nuit chez une joyeuse famille qui nous a permis de reposer hommes et chevaux. D’ailleurs si vous passez par Andilly au moment de la pentecôte arrêtez-vous au stand de poulet vous serez reçu comme il se doit !

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0